Le monde selon Garp – John Irving (1978)

Choisir le premier livre pour la première chronique n’est pas une chose aisée.

Aujourd’hui, j’ai décidé pour notre premier rendez-vous littéraire, de vous conter mon ressenti par rapport à un des romans cultes des années 80, le Monde selon Garp…

Adapté au cinéma par George Roy Hill en 1982, il m’est apparu comme « un des romans incontournables » de la littérature américaine. L’occasion est encore plus vive que ce chef d’oeuvre fête ses 40 ans cette année !

Il s’agit d’une première pierre à l’édifice de nos mémoires de livres car cet ouvrage demeurera, toute ma vie, dans ma mémoire littéraire.

Le Monde selon Garp, c’est un roman féministe, une oeuvre qui dérange par son caractère cru mais surtout par ses trésors d’imagination.

Une infirmière, désireuse d’avoir un enfant seule, sans se lier à la vie d’un homme, profite de l’érection d’un soldat mourant pour concevoir un enfant. De cette union née S.T GARP.

Devenu écrivain en quête du roman qui bouleversa sa carrière, S.T GARP est un personnage complexe, protecteur envers sa famille, désireux de connaître la gloire dont fera l’objet sa mère devenue, au travers de son propre roman, une figure de proue du féministe.

Il s’agit d’une histoire qui ne ressemble à aucune autre, la destinée tragique, émouvante et drôle d’un homme paralysé par ses rôles de père protecteur, de fils, d’époux, d’amant…

Se mêlent dans ce roman, des prouesses d’imagination ancrées dans le réel tragique des hommes et de leurs vices.

Les personnages sont beaux et complexes, John Irving dans un interview récent accordé au magazine « América, Ladies First n°6 » confiait qu’il venait d’achever l’écriture d’une série télévisée consacrée à Roberta, un personnage secondaire qui est pourtant une des clés du roman.

Je ne peux que vous inciter à découvrir ou (re)découvrir ce petit trésor de la littérature américaine qui n’a pas pris une ride !

Note : 10/10 – Coup de coeur ❤

IMG_20180801_225438_995.jpg

Citations :

« Les écrivains sont de simples observateurs, de fidèles et implacables imitateurs de la nature humaine »

« Une partie de l’adolescence, écrivit-il à Helen, réside dans ce sentiment qu’il n’existe nulle part personne qui vous ressemble assez pour pouvoir vous comprendre »

« Puis je voulus un enfant, sans être, pour autant, obligée de partager mon corps ni ma vie, écrivit l’infirmière Jenny. Cela aussi me rendit, sexuellement parlant, suspecte. »

 

Une réflexion sur “Le monde selon Garp – John Irving (1978)

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s