Liv Maria – Julia Kerninon (2020)

Et si nous évoquions un portrait de femme ?

Liv Maria Christensen est un personnage aux multiplies facettes.

L’enfant solitaire a grandi dans une petite île perdue au fin fond de la Bretagne. Elevée par un père amoureux des livres et une mère taiseuse mais tendre, Liv Maria grandit avec sa famille en autarcie. Son île, dont elle connait les moindres recoins, représente tout son univers.

Un événement va la contraindre à sortir précipitamment de l’enfance et à quitter sa ville natale. Ainsi, Liv Maria part vivre à Berlin et devient une jeune fille passionnée. Un amour d’été avec son professeur va laisser une trace indélébile dans son existence et vient bousculer toute sa vie de femme.

Marquée par cet amour déçu, Liv Maria continue sa route. Ses voyages la guideront jusqu’au Chili, où elle devient une femme libre et rebelle. Si sa réussite professionnelle est une évidence, elle semble pourtant encore incomplète.

Sa rencontre avec Flynn ouvre une nouvelle étape de son existence. Ainsi, un amour fort et profond les unit et Liv Maria devient une mère et une épouse. Bien malgré elle, ses souvenirs finiront inéluctablement par la rattraper et un lourd secret viendra hanter son présent.

Durant tout le roman, Julia Kerninon dresse un portrait de femme complexe et puissant. Elle interroge le lecteur sur ses existences mêlées. Ainsi Liv Maria tente d’enfermer son passé et de cloisonner des parties d’elle-même, en vain. Ce parcours multiple fait toute la richesse de sa personnalité.

Finalement, Julia Kerninon amorce un travail plus profond et nous fait réfléchir sur l’acceptation de nos vies passées pour aborder avec un nouveau regard l’avenir.

Portée par une écriture douce, j’ai passé un agréable moment de lecture ! Une belle rencontre avec cette héroine libre, amoureuse, et forte !

Ma note :

Note : 3 sur 5.

Citations :

« Je suis la fille unique du lecteur et de l’insulaire, je suis le bébé Tonnerre, l’orpheline, l’héritière, je suis la jeune maîtresse du professeur, la femme-enfant, la fille-fleur, la chica, la huasa, la patiente de Van Buren, la petite amie, la pièce rapportée, la traitresse, l’épouse et la madone, la Norvégienne et la Bretonne. Je suis une mère, je suis une menteuse, je suis une fugitive et je suis libre. »

Olga – Bernhard Schlink (2018)

Et si nous évoquions la destinée d’une femme ?

Olga, sous son apparence modeste, est une femme forte et déterminée.

Orpheline, Olga grandit auprès de sa grand-mère qui n’a pour elle que de l’indifférence. Dès son jeune âge, elle fait la connaissance de Herbert, le fils d’un riche industriel. Malgré les mondes différents qui les opposent, ils nouent au fil des années une relation profonde.

Mais au-delà de cet amour, Olga a une soif de vivre pour elle-même et surtout d’apprendre. Elle poursuit ses études jusqu’à devenir enseignante. Herbert est guidé, pour sa part, par des rêves plus immenses que lui-même. Son goût de l’aventure le mène jusqu’à poursuivre une expédition en Arctique.

Entourée par l’ombre grandissante de la guerre mondiale, Olga se retrouve seule et continue, avec beaucoup de force, à construire son destin.

Ce livre fonctionne en trois actes. Tout d’abord, Bernhard Schlink nous dévoile la jeunesse d’Olga et sa très belle histoire d’amour avec Herbert. Puis, il nous présente une toute autre partie de sa vie. Devenue une femme mûre, elle oscille entre son accomplissement personnel et ses souvenirs. Enfin, les lettres d’Olga adressées à Herbert durant son expédition polaire, font ressurgir, presque intact, un amour inassouvi.

Un récit imprégné par l’histoire de l’Allemagne mais qui évoque également, avec une grande sensibilité, le destin d’Olga, cette femme insoumise.

Avec une plume belle et limpide, Bernhard Schlink dresse le portrait d’une femme imprégnée par son époque. Un roman d’un grand raffinement !

Ma note :

Note : 4.5 sur 5.

Citations :

« Enfin elle put lire tout ce qu’elle avait toujours voulu lire: des classiques et des modernes, des romans et des poèmes, des livres sur l’histoire des femmes, celle des aveugles, des sourds-muets, sur l’empire et sur la république de Weimar, des partitions de musique qu’elle avait jouées à l’orgue, et aussi de la musique qu’elle aurait aimé jouer.»

« Parfois j’ai eu pitié de moi, qui ai grandi sans amour et qui, même avec toi, n’ai pu vivre son amour que tant bien que mal. Maintenant je pense aux soldats morts par milliers et à leurs vies qu’ils n’ont pas vécues, aux amours qu’ils n’ont pas vécues, et cela m’ôte tout apitoiement sur moi-même. Reste la tristesse. »

Ma reine – Jean-Baptiste Andrea (2017)

Et si nous évoquions un conte initiatique ?

Shell a tout juste douze ans lorsqu’il quitte la station service où il a grandi. Nichée au coeur de cette vallée perdue, cette station est entourée du silence et des odeurs d’échappement. Shell est un garçon différent. Il ne joue pas avec les enfants de son âge et a dû quitter très tôt l’école. Il ne se sent plus le bienvenue auprès de ses parents et comprend bien vite que ses bêtises vont les conduire à se séparer de lui. Bien décidé à devenir un homme, il choisit de « partir à la guerre ». Cet héros lumineux, rompt ainsi avec son enfance et part pour un voyage sans retour.

Il se hisse jusqu’au plateau surplombant la vallée et fait la rencontre de la jeune et fantasque Viviane. Devenue son repère et son guide, elle le mène vers des aventures imaginaires et lui fait découvrir le charme des montagnes provençales. Shell, d’une grande loyauté, suit aveuglement ses ordres et Viviane devient très vite sa reine. Cette relation singulière vient bousculer tout son univers.

La plume de Jean-Baptiste Andrea, avec subtilité et poésie, dessine le fil tendu entre l’enfance et la vie d’adulte. Ode à la liberté, ce roman tendre nous emporte facilement au côté de ce jeune garçon terriblement candide et attachant. Ce livre évoque aussi avec justesse la différence, si prégnante dès le plus jeune âge.

C’est avec une grande sensibilité que Jean-Baptiste Andrea nous conte une enfance où se mêle imaginaire et sombre réalité. Je ne sais pas si ce livre demeurera indélébile dans mes mémoires mais j’en conserve une belle émotion !

Ma note :

Note : 2.5 sur 5.

Citations :

« J’ai voulu la pluie. Je l’ai tant voulue que quand elle est venue, je ne savais plus comment l’arrêter. C’était une grosse pluie rose, vert, bleu, elle prenait la couleur d’un rien. Elle assommait les oiseaux. Il a plu comme ça pendant je ne sais pas combien de temps. Les vieux disaient qu’ils n’avaient jamais vu ça. Ils parlaient de leurs ancêtres et de Dieu et du ciel et de tout sauf de la raison de la pluie : moi. « 

« C’est le soleil qui m’a réveillé, il appuyait sur mes paupières avec ses pouces chauffés à blanc. J’ai mis un bras en travers de mes yeux pour continuer à dormir. Il y avait un grand calme autour de moi, juste le bruit de l’air qui poussait sur la terre »

La plaisanterie – Milan Kundera (1967)

Et si nous évoquions un roman mêlant politique et amour ?

Aujourd’hui, je viens vous parler du premier roman de Kundera « La plaisanterie », publié en 1967 durant les prémices du printemps de Prague.

Dans une Tchécoslovaquie communiste, Ludvik, étudiant et membre du parti vit une idylle de jeunesse avec Marketa. Durant leur correspondance amoureuse d’été, Ludvik lui adresse une carte postale avec une plaisanterie. Ce courrier fait basculer sa place au sein du parti communiste et provoque son exil forcé.

Enrôlé dans l’armée, Ludvik fait la connaissance de Lucie, une jeune fille timide et indécelable. Leur histoire d’amour sombre dans la désolation et s’évapore à jamais.

Des années plus tard, Ludvik revient dans sa ville natale, bien décidé à se venger d’un de ses amis qu’il juge comme pleinement responsable de son exil. Cette vengeance sera l’occasion d’amorcer un retour en arrière sur son existence et sur les grandes rencontres qui ont jalonné sa vie.

Le roman découpé en plusieurs parties, s’articule avec des retours en arrière mais aussi au travers de personnages clés comme Ludvik, Helena, Jaroslav et Kostka. Ainsi, Kundera fait le choix d’un changement fréquent de point de vue ce qui apporte une réelle profondeur et du relief aux personnages.

Au-delà du contexte historique du roman, Kundera nous fait réfléchir sur la question du « monde dévasté » et ces répercussions sur les existences et les actions de chacun. Ce roman arrive, avec une grande réussite, à mélanger les genres. Au-delà, d’une réflexion sur les formes d’autoritarisme et sur la politique de l’époque, il interroge sur ses amours contrariés.

Kundera nous évoque également le rapport à la vérité. Notion abstraite et manipulable, elle est pour chacun différente et n’a de cesse de se modifier. Une simple plaisanterie d’un homme inexpérimenté impacte ainsi profondément son rapport aux autres et à lui-même. Durant tout le roman, Ludvik s’extrait très difficilement des forces tant amoureuses que politiques qui ont guidé son existence.

Face à l’absurdité de son destin, Ludvik est enlisé entre ses désillusions et une vengeance bien amère. Un roman existentialiste d’une grande richesse qui m’apparaît comme un classique de la littérature tchèque.

Ma note :

Note : 4 sur 5.

Citations :

« Lidée me vint que cette influence s’exerçait de la même façon que, selon les astrologues, les mouvements des étoiles influencent la vie humaine ; au creux du fauteuil (face à la fenêtre ouverte qui expulsait l’odeur d’Helena) je pensais être venu à bout de mon rébus superstitieux, en devinant pourquoi Lucie avait traversé le ciel de ces deux journées : seulement pour réduire à rien ma vengeance, pour résoudre en brume tout ce qui m’avait conduit ici, car Lucie, cette femme que j’avais tant aimée et qui, inexplicablement, m’avait échappé au dernier monment, était la déesse de la fuite, la déesse de la vaine poursuite, la déesse des brumes : elle tient toujours ma tête entre ses mains ».

« A cet instant, j’ai compris qu’il m’était impossible de révoquer ma propre plaisanterie, quand je suis moi-même et toute ma vie inclus dans une plaisanterie beaucoup plus vaste (qui me dépasse), et totalement irrévocable »

Ca raconte Sarah – Pauline Delabroy-Allard (2018)

Et si nous évoquions la passion amoureuse ?

François-René de Chateaubriand disait à son propos :

« Une passion dominante éteint les autres dans notre âme, comme le soleil fait disparaître les astres dans l’éclat de ses rayons« 

Sans reprendre son souffle, ce court roman nous raconte une passion amoureuse inconditionnelle et dévastatrice. Ca raconte Sarah : cette femme voluptueuse, expansive et intense qui bouleverse la vie de la narratrice.

Une passion incandescente va naître entre deux femmes que tout semble opposer. Sarah, exaltée, est une célèbre violoniste. Elle voyage à travers le monde pour des concerts tandis que la narratrice, beaucoup plus conventionnelle, travaille dans un lycée. Elles vont peu à peu se couper du monde et osciller entre des intenses moment de plénitude et de douleur.

La narratrice est, tout d’abord, ensevelie par cette rencontre qui fait jaillir un amour obsessionnel. Sarah, véritable tornade, s’en va puis revient sans cesse. Cette passion brûle aussi par ses départs et ses retrouvailles perpétuelles.

Puis, dans la deuxième partie du roman, c’est l’absence de l’être aimé qui vient prendre tout l’espace. Pauline Delabroy-Allard dépeint alors la solitude et la brûlure laissée par les adieux.

Ode au sentiment amoureux, ce court roman fait surgir une passion brute et consumante.

Avec une écriture acérée et hypnotique, ce livre m’a emportée facilement dans cette relation chaotique et je conserve, à la fin de ma lecture, un sentiment mitigé. Si la narration est volontairement saisissante et ponctuée de phrases courtes, elle ne prend pas le temps d’approfondir les personnages et la relation d’emprise qui les unit. Bien au contraire, elle retranscrit la fulgurance et l’inexorable chute d’une passion amoureuse.

En tout état de cause, un premier roman décidément très prometteur.

Ma note :

Note : 3 sur 5.

Citations :

« Ca raconte Sarah, sa beauté inédite, son nez abrupt d’oiseau rare, ses yeux d’une couleur inouïe, rocailleuse, verte, mais non, pas verte, ses yeux absinthe, malachite, vert-gris rabattu, ses yeux de serpent aux paupières tombantes ».

« Ca raconte Sarah, imprévisible, ondoyante, déroutante, versatile, terrifiante comme un papillon de nuit ».

« La vie peut s’arrêter, l’amour peut mourir, et ce monde peut continuer, juste à côté, dans le même temps, dans le même espace, à étinceler de beauté ? »

Mémoires d’une jeune fille rangée – Simone de Beauvoir (1958)

Et si nous évoquions une œuvre autobiographie ?

Ce texte d’apprentissage nous confronte au destin unique de Simone de Beauvoir. De ses premiers pas à ses émois de jeune fille, cette autobiographie retrace sa jeunesse mais aussi ses rapports avec la littérature et la philosophie.

Simone est une jeune fille sérieuse et conformiste, imprégnée de son éducation catholique, elle va peu à peu s’éloigner des codes dictés par son milieu et réfléchir par elle-même.

Depuis son plus jeune âge, elle idolâtre son père qu’elle voit comme un modèle. Puis, à l’adolescence, elle s’émancipe, peu à peu, de ses parents. Elle prend pour la première fois conscience que ses valeurs peuvent être bien différentes. Eprouvant une passion pour la littérature et la philosophie, elle décide de poursuivre ses études plutôt que de devenir une mère de famille. Le mariage n’est plus sa norme et Simone pense, avant tout, à son indépendance intellectuelle.

Ces mémoires sont également construits autour de rencontres déterminantes. Ainsi, au-delà des mots, c’est au travers d’autrui que Simone découvre d’autres manières de penser et d’aborder la vie. Elle va ainsi réussir à évoluer et à s’éloigner du carcan familial. Ses rapports avec Jacques, Zaza, Herbaud mais surtout Sartre sont particulièrement intéressants. A ce titre, j’aurai aimé que sa relation avec Sartre, qui apparaît à la fin du livre, soit plus enrichie.

J’ai ressenti des longueurs durant la première partie de l’ouvrage, mais peu à peu, le charme opère. J’ai aimé son rapport aux livres, cette passion va prendre une place centrale dans son existence et être aussi le terrain de son indépendance. Ainsi, c’est une femme résolument moderne qui nous est dépeinte, elle se place au même niveau que les hommes qu’elle côtoie.

Finalement, Simone de Beauvoir nous raconte sa libération intellectuelle et féministe dans une époque construite autour de valeurs traditionnelles.

Ma note :

Note : 3 sur 5.

Citations :

« J’aimais mon entourage, mais quand je me couchais le soir, j’éprouvais un vif soulagement à l’idée de vivre enfin quelques instants sans témoin ; alors que je pouvais m’interroger, me souvenir, m’émouvoir, prêter l’oreille à ces rumeurs timides que la présence des adultes étouffe ».

« La littérature prit dans mon existence la place qu’y avait occupée la religion : elle l’envahit toute entière, et la transfigura ».

« Je veux la vie, toute la vie. Je me sens curieuse, avide, avide de brûler plus ardemment que toute autre, fût-ce à n’importe quelle flamme ».

Le cœur régulier – Olivier Adam (2010)

lecoeurregulierolivieradam

Et si nous écoutions les battements réguliers de notre coeur ?

Quelque temps après le décès de Nathan, son frère, Sarah, inconsolable, décide de s’enfuir au Japon sur ses traces. Sarah a choisi ce lointain pays où Nathan avait trouvé, avant sa mort, une forme d’apaisement et d’espérance dans l’avenir.

Durant son voyage dans ce village côtier Japonais, Sarah rencontre Natsume Dombori. Ancien policier, il guérit les âmes errantes de leur sombre désespoir. Au-delà du lent parcours de deuil, sa quête la mène à revivre les derniers moments de la vie de son frère. Elle se rapproche de lui, de ses yeux rieurs, de son allégresse mais également des gouffres et du désespoir profond qui n’ont eu de cesse de jalonner sa vie.

Véritable soeur jumelle pour Nathan, ils partageaient une relation intense. Entourée, d’un mari et de deux enfants parfaits, Sarah a choisi une vie conformiste et s’est éloignée au fil du temps de son frère. Ses frasques et son caractère avaient bien des difficultés à trouver sa place dans la vie qu’elle s’était construite. Au fond d’elle-même elle a pourtant toujours su qu’elle partageait ses vertiges et que sa vie aseptisée était un mensonge dont elle était la première victime.

Son voyage initiatique au Japon sera l’occasion inespérée de retrouver son frère mais surtout d’apprendre à se redécouvrir.

Avec une écriture dynamique, Olivier Adam nous transporte facilement dans son univers. Si cette lecture ne restera pas gravée dans mes mémoires, j’ai cependant passé un agréable moment. Sarah, la narratrice, reste un personnage qui ne m’a pas touché en plein coeur. Pour autant, un véritable élan de tendresse se dégage de ce court roman.

Avec sincérité, il parvient à faire tomber les barrières d’une société formatée. Il fait réfléchir sur des vies construites souvent selon des normes bien définies mais qui manquent finalement cruellement de consistance.

Olivier Adam nous offre un instant suspendu où les apparences tombent pour laisser place à de véritables interactions humaines.

Ma note :

Note : 2 sur 5.

Citations :

« Me délester, sentir. M’oublier, m’ouvrir. Recueillir. Laisser le soleil chauffer ma peau, l’air pénétrer mes poumons, l’eau me diluer. Sentir battre en moi un cœur régulier. »

« Souvent, la nuit, j’errais dans la maison comme un fantôme, c’étaient des heures volées, cotonneuses et beiges, je glissais de pièce en pièce, de moquettes pastel en parquet blond clair, jetant un oeil à mes enfants endormis, avec l’impression fugace de les retrouver enfin d’enfin faire le lien entre eux et ces petits animaux pendus à mon cou, blottis dans mes bras, collés si fort qu’ils se confondaient avec moi, que j’ai perdus et que je ne retrouverai jamais ».

« J’ai juste perdu mon frère et l’enfant que j’étais auprès de lui. Je me suis perdue et, sans lui désormais, il me semble que je ne me retrouverai jamais, que je suis condamnée à errer loin de moi jusqu’à la fin des jours ».

Au plaisir de Dieu – Jean d’Ormesson (1974)

auplaisirdedieu

Et si nous évoquions un portrait de famille ?

Accompagnée par la voix douce et si mélodieuse de Jean d’Ormesson, je me suis délectée de cette fresque familiale.

Au coeur du château de Plessis-lez-Vaudreuil, domaine immense situé dans la Haute-Sarthe, une des plus vieilles familles françaises est confrontée aux ravages du temps.

Entourée de leur tradition, cette famille aristocrate a bien des difficultés à s’acclimater aux évolutions du XXème siècle. Le grand-père, un monarchiste plein de dignité, vit dans un passé où les moeurs, l’église, la tradition et l’importance du nom ont toute leur place.

Il perçoit la famille comme figée au temps de la royauté. La position familiale se crée par les terres et par le nom. L’argent ou la culture sont bannis de cette perception ancestrale.

Pourtant, l’histoire franchit les portes du château et oblige l’ensemble des membres de la famille à évoluer. Un mariage d’amour intègre la branche des Rémy-Michault à la famille. Le grand-père perçoit d’un mauvais oeil cette alliance. Pour lui, cette famille a fait fortune sur la mort de Louis XVI et se confronte avec ses valeurs. Sous le regard du grand-père, la tante Gabrielle née Rémy-Michault, intelligente et curieuse, vient révolutionner la vie du château. Elle amorce le premier bouleversement dans les traditions.

Puis, les générations successives vont venir se confronter par leurs idées contradictoires sur la politique ou sur les moeurs. Les fracas des guerres mondiales viennent également ébranler cette famille traditionnelle. Plus encore, la mort et le triomphe du temps portent le coup fatal à cette lignée.

Jean d’Ormesson dresse un portrait tendre et lucide de sa propre famille mais surtout met en perspective son évolution face à la marche inéluctable du temps.

Au-delà de l’hommage émouvant à son grand-père et à sa famille, Jean d’Ormesson se dresse en témoin d’une époque désormais effondrée. Durant ce long roman, il oscille avec brio sur un fil tendu entre le passé et l’avenir. Sa plume et la fulgurance de la portée de certains passages m’ont éblouie.

Avec ses mots, Jean d’Ormesson a réussi avec brio à emprisonner dans le temps cette vie de château et de tradition tant aimée par son grand-père.

Ma note :

Note : 5 sur 5.

Citations :

« L’âge d’or était derrière nous, avec toute cette douceur de vivre dont nous traînions dans nos légendes les échos assourdis et que les plus jeunes d’entre nous n’avaient jamais connue ».

« Le passé était une grande forêt très belle où se croisaient à perte de vue les rameaux de ces arbres qui descendaient jusqu’à nous »

« C’est que le monde s’adonnait sans répit, avec une sorte de gourmandise et d’affection, à un crime impardonnable : nous nous étions arrêtés, et il continuait ».

« La vie n’est jamais rien d’autre qu’une longue retraite devant la mort ».

Légendes d’automne – Jim Harrison (1978)

_M7B3941

Et si nous plongions dans une oeuvre légendaire ?

Aujourd’hui, je vous présente un recueil constitué de trois nouvelles brutes et sans concession où la nature sauvage s’entremêle avec la force des personnages.

Tout d’abord, nous suivons dans « Vengeance » le destin de Cochran, ancien militaire, tombé éperdument amoureux de Miryea. Cette liaison n’entrainera que violence et désolation. L’époux de Miryea, Tibey, aveuglé par une vengeance implacable, les conduira tous à leur perte.

Puis, « l’homme qui renonça à son nom », dresse également le destin d’un homme : Nordstrom. A l’aube de ses quarante ans, il constate la fin de son couple et la perte de tout désir sexuel. Cette prise de conscience sera la première étape d’un retour en arrière sur son existence et une remise en question totale de sa vie conformiste. Cette quête le mènera à faire face, pour la première fois, à lui-même.

Enfin « Légendes d’automne », la plus célèbre nouvelle de Jim Harrison, nous raconte une fresque familiale. Trois frères, Alfred, Tristan et Samuel quittent le Montana en octobre 1914 pour participer à la Grande guerre. Ce départ changera à jamais leur existence paisible et les confrontera à des tragédies successives. Là encore, nous suivons le parcours d’un homme, Tristan, être rebelle et passionné, il passe son existence à fuir.

Si les univers de ces nouvelles sont bien différents, elles dressent toutes la renaissance de trois hommes. Face au destin implacable et aux drames qui jalonnent leur vie, ils vont faire face à eux-mêmes. La nature, omniprésente dans l’oeuvre de Jim Harrison, fusionne avec brio avec l’homme. Un recueil qui invite au voyage et nous plonge au coeur des grands espaces et de la psyché des personnages.

Conquise par l’écriture de Jim Harrison, j’ai découvert une plume crue et vibrante qui parvient à dépeindre sans artifice l’âme humaine.

Ma note :

Note : 4.5 sur 5.

Citations :

« L’espace d’un instant, il flotta au-dessus de lui-même et contempla en souriant l’homme au costume impeccable assis en contrebas sur la souche, dans une clairière ensoleillée de la forêt. Regardant autour de lui, il comprit qu’il s’était perdu, mais ce constat le laissa de marbre, car il savait aussi qu’il n’avait jamais été trouvé »

« Il craignait de se contenter de rêver sa vie jusqu’à sa mort, telle une modèle rivière qui traverse lentement un pré vers un grand fleuve situé juste derrière une haie d’arbres »

Les hiboux pleurent vraiment – Janet Frame (1957)

JanetFrame-Leshibouxpleurentvraiment

Avez-vous envie de vous plonger dans la littérature néo-zélandaise ?

Titre évocateur, « Les hiboux pleurent vraiment »,  est inspiré de la célèbre pièce « La Tempête » de William Shakespeare :

« Aux sources de l’abeille butineuse, je bois,

Du calice du coucou, je fais ma couche,

Là trouvé-je abri quand crient les hiboux,

A dos de chauve-souris je prends mon vol ». 

La famille Withers est unie face à une existence aride. Amie et Bob tentent, tant bien que mal, d’offrir un semblant de stabilité à leurs enfants malgré la pauvreté qui les ronge.

Francie, Daphné, Tobie et Poulette passent leur temps libre à la décharge publique. Dans les ordures, chaque jour, ils découvrent des trésors. Avec leurs yeux d’enfants, ils parviennent à déceler la beauté parmi les immondices.

Francie, l’insoumise, est la première à devoir quitter l’enfance. A l’âge de 14 ans, elle doit prendre sa place dans le monde des adultes et trouver un emploi. Tout d’abord destinée à travailler à la filature de laine, Francie finit par aider au ménage dans une maison voisine. Une tragédie viendra brusquement interrompre les prémices de sa vie de femme.

Son frère, Tobie est ancré dans la vie mais sans cesse freiné par ses crises d’épilepsie. Daphné, quant à elle, est la plus sensible de la fratrie mais finalement aussi la plus vulnérable. Enfin la petite cadette, Thérèse dite Poulette, est souvent tournée au ridicule. Elle va s’accrocher aux normes et essayer de s’extraire, avec toute sa force, de son milieu.

Ainsi, nous suivons le parcours des enfants Withers, chacun prenant des chemins bien différents.  Malgré tout, cette enfance partagée leur laisse une trace indélébile dans leur construction personnelle.

Ce roman, alternant comptines, chants et digressions, se construit d’une manière très atypique. Le fil narratif est assez décousu et j’ai eu du mal à garder le fil de ma lecture. J’ai eu quelques difficultés à être complètement emportée par la plume si originale de Janet Frame.

Pour autant, le parcours de ces quatre enfants est extrêmement poignant. Ils font face, chacun à leur façon, à la dureté de l’existence. Des épreuves jalonnent leur vie respective mais ils conversent, malgré tout, un imaginaire enfantin presque intact. Ils parviennent à se rattacher à ces images de l’enfance primordiales face à la désolation de l’existence.

J’ai découvert pour la première fois la plume délicate de Janet Frame. Elle signe une description d’un destin acharné et cruel portée par des voix enfantines et candides.

Ma note :

Note : 2.5 sur 5.

Citations :

« Tôt vient le jour qu’annoncent les oiseaux et le roitelet gazouillant dans un nuage tel l’enfant du poème : Cesse ton ramage, ton gai ramage. La scène s’émaille de fleurs de fève, emprunte à l’herbe luxuriante son tendre verdoiement, grouille d’insectes emportés par le tourbillon des plaisirs ».

« Le vide du gris cratère des fous morts vivants appelle maintes vérités qu’on y jette toutes ensemble ».